République de Guinée : SCOPAG —L’agriculture au service du développement !

0
1110

Quand on n’arrive pas à investir ou à entreprendre tout seul, il faut savoir se mettre ensemble et se lancer dans un projet commun. C’est cette envie de communauté et de réussite ensemble qui a animé quelques jeunes de République de Guinée à créer une coopérative agricole la société coopérative et participative agricole de Guinée, en abrégé SCOPAG. Découvrons !

Présentation de SCOPAG

SCOPAG est une coopérative créée en Guinée, ayant son siège social à Labé en moyenne Guinée. Hattabiou Maci Diallo, un des membres de cette coopérative ambitieuse nous a ouvert les portes de leur bureau afin de nous expliquer pourquoi un jeune guinéen comme lui se lance dans un tel projet.

En fait, il s’agit d’une coopérative ambitieuse, qui a vu le jour en 2017. Les membres de celle-ci pensent que l’agriculture pourrait contribuer à la réduction de la pauvreté, et qu’il est important de se lancer dans la production moderne de produits agricoles. La culture phare du SCOPAG c’est les pommes de terre, mais tout n’a pas été si facile au début. La coopérative est constituée de 25 personnes, de professions différentes. On y rencontre des techniciens de laboratoires, des étudiants, des sociologues, etc. en réalité la coopérative ne compte que très peu de diplômés en agriculture, mais ensemble, ils réussissent à se frayer un chemin dans le monde agricole de la République de Guinée.

La coopérative est divisée en deux parties, l’assemblée générale et le conseil d’administration. Chacun joue un rôle important dans la gestion quotidienne de la coopérative.

Quelques services proposés

En tant que coopérative agricole, il est naturel que les produits agricoles soient commercialisés. En effet, la scopag commercialise les pommes de terre en grande quantité, mais pas seulement. On peut également citer :

  • La formation : il s’agit principalement d’aider les jeunes guinéens à se former en agriculture, dans les nouvelles techniques agricoles efficaces et capables de satisfaire la demande nationale.
  • Le coaching : rien ne peut être accompli s’il ne part de la tête, de l’esprit de l’homme. Alors, la SCOPAG accompagne les jeunes entrepreneurs agricoles, en les aidant à croire en leur projet et se dire que la réussite est juste devant eux. Beaucoup de jeunes entrepreneurs guinéens finissent par arrêter faute de coaching, à cause du découragement, du manque de confiance en soi, etc.
  • Le partage d’expérience : plusieurs coopératives aimeraient peut-être avoir de l’aide dans leur production ou dans les conseils pour améliorer leur production. La SCOPAG est volontaire pour aider ceux-ci à s’améliorer et à atteindre leurs objectifs.

LES DIFFICULTÉS

Le principal problème est lié aux semences. Car les semences conditionnent la récolte.la scopag, continue à rechercher la bonne semence pour améliorer sa production. En plus, il se pose très souvent le problème des prix sur le marché. Les prix sont en constante chute, et il devient très difficile de prévoir les gains à l’avance, ce qui fausse les calculs et les prévisions.

Enfin, le problème d’infrastructures et d’encadrement. Les infrastructures sont importantes pour le stockage et la conservation. Les marches ne sont pas modernes, et s’ils ne sont pas écoulés rapidement, les produits peuvent s’abimer. Mais malgré tous ces problèmes, Maci Diallo et ses amis restent déterminés à persévérer dans cette voie qu’ils considèrent comme salvatrice de la jeunesse guinéenne.

LES OBJECTIFS

Il est important d’avancer avec des objectifs clairs et réalistes. Malgré les difficultés, avoir des objectifs est comme une boussole, qui permet de savoir qu’on se situe, et où on va. La scopag a également des objectifs élevés et ambitieux.

Tout d’abord, comme c’est le cas de toutes les coopératives, la scopag souhaite promouvoir les produits agricoles locaux, et encourager à l’entrepreneuriat guinéen. Diallo nous explique qu’ils voudraient avec ses amis réunis autour de cette coopérative rechercher de façon perpétuelle l’innovation paysanne, promouvoir le développement durable, et les économies sociales et solidaires.

Quand on demande à ce jeune guinéen pourquoi il s’est lancé dans cette voie qui n’est pas forcément lié à sa formation, il répond : « je dirai tout simplement qu’il ne faut pas hésiter, car qui ne risque pas ne gagne pas ».

Alors, faites le pari de l’entrepreneuriat vous aussi et vous ne serez pas déçu. Si le risque est trop grand seul, mettez-vous ensemble et réussissez ensemble. Ce qu’ont fait les jeunes guinéens de la scopag, pourquoi pas vous ?

 

 

Pour entrer en contact avec la SCOPAG, cliquez ICI