Cameroun – Les 20 points clés du programme politique du MRC et de son candidat Maurice Kamto

0
616

L’équipe d’entreprendre s’est penchée sur le programme politique et les propositions du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC) porté par son candidat Maurice Kamto. Le MRC qui se définit comme un mouvement politique comme SOCIAL LIBERAL et qui entend batir une société basée sur les fondamentaux suivants : la famille, le travail, la propriété, le patriotisme, la justice, l’égalité devant la loi, la solidarité, la tolérance religieuse. Ci-dessous les 20 mesures phares que nous avons retenu du programme du MRC qui est disponible ICI

1- Organisation du vivre ensemble

Le travail de modernisation du Cameroun par le MRC constitue l’un des tenants de son programme politique. Dans la question du vivre ensemble, selon ce parti, il est important que ce vivre ensemble tant parlé se fasse dans une nation unie où l’indigence intellectuelle, la cécité politique et l’égoïsme d’une élite n’affecte plus les actions du peuple camerounais tout entier.

En effet, conscient du fait que la considération ethnique s’est érigée en standard et mot de passe des décisions des camerounais pour accorder une voix. Le MRC entend:

  • Briser ce cercle vicieux reconnu comme seul responsable des maux de la société.
  • Bâtir le vivre ensemble par une reconnaissance mutuelle des différentes communautés comme des composantes essentielles de la nation camerounaise.

La question anglophone sera résolut selon le MRC par:

  • Se pencher sur le problème
  • Un Pacte Politique National, une sorte d’entente politique pour retrouver l’unité de la nation.

Une tenue des assises nationales de la citoyenneté et de la fraternité, qui sera le lieu d’invention de la nouvelle citoyenneté camerounaise, permettra:

  • D’identifier et réhabiliter les héros nationaux.
  • Mettre sur pieds un comité d’historiens et de personnalités qui sera chargé de recenser lesdits héros de façon objective; qui aboutira à la création d’un monument dédié qui s’appellera La Coupole du Souvenir ou La Coupole des Gratitudes ou les Dômes des Gratitudes.

2 – Modernisation des institutions de la république, Gouvernance publique et lutte contre la corruption

 

En matière d’Etat de Droit et de justice, le MRC entend parachever la réforme du système judiciaire notamment :

  • En réglant la question des juridictions traditionnelles,
  • L’indépendance de la justice notamment à travers le système de nomminatno des magistrats,
  • La création et la mise en place des juridictions manquantes.

Dans le domaine de la gouvernance publique et la lutte contre la corruption, ce parti de la renaissance, insiste sur le fait que l’organisation de l’Etat assure l’efficacité de la gouvernance publique et que la forme de l’Etat est une des conditions de la réalisation d’une démocratique moderne. Selon lui également, la structuration de l’Etat dans notre pays appelle à une réflexion plus approfondie et un débat politique impliquant toutes les composantes de la nation.

Pour y parvenir, il sera question de:

  • Rationaliser l’administration publique au travers des réformes de l’administration publique,
  • Définir une politique d’accès à la fonction publique,
  • Maîtriser les effectifs ,
  • Définir les critères objectifs de gestion des carrières et la transparence au cœur de la gestion publique.

La lutte contre la corruption s’articulera autour des stratégies orientées de haut en bas, c’est-à-dire des administrateurs aux administrés. Il sera question pour les autorités administratives de briller par l’exemple, faute de s’y contraindre, la tolérance zéro sera appliquée contre de tels individus.

3- Sécurité et défense

Les défis du monde actuel demandent un renouvellement de la conception des forces de défense et de sécurité. Pour s’adapter, il faudra:

  • Redéfinir leur doctrine ainsi que leur mission, afin qu’elles cessent d’inspirer la peur aux citoyens,
  • Mettre un accent particulier sur la formation et l’équipement de ces forces de sécurité en matière de police judiciaire, de police scientifique, d’enquêtes économiques et de maintien de l’ordre,
  • Sortir de la culture répressive héritée des années 1960, pour une culture d’assistance aux citoyens.

Définir clairement une doctrine de défense nationale dans laquelle cohabite l’option d’une armée de métier et le concept de défense populaire, constitue l’une des innovations présentée par le candidat de ce parti.

L’armée Nationale dans sa mission historique et républicaine de défense de la nation contre les périples extérieurs et se garder de l’utiliser aux opérations de maintien de l’ordre, sauf en cas de situation insurrectionnelle, devra être rétablie dans cet ordre. Par ailleurs un effort substantiel devra être fourni pour garantir l’efficacité opérationnelle desdits forces.

4- Politique Linguistique

Pour le MRC, il est important que le Cameroun se dote d’une langue nationale. Il ne s’agit pas de donner d’abandonner les langues locales existantes, rassure le MRC, mais de créer une langue nationale, « le camerounais » à partir des langues locales existantes. Pour se faire, il reviendra aux linguistes de déterminer, si ce n’est déjà fait, celle de nos langues dont la structure grammaticale permet un apprentissage facile.

5- Redéfinir le statut et le rôle des autorités traditionnelles

Le MRC part du constat selon lequel les autorités traditionnelles au Cameroun, ont des origines historiques variées, un statut social et une perception dans la population qui varient suivant les aires culturelles. Les solutions proposées par le MRC consisteront à:

  • Reconnaitre aux autorités traditionnelles du pays, une place spécifique à déterminer à la lumière de leur rôle,
  • Laisser aux traditions ce qui relève des traditions.

6- Technologie, infrastructures et  équipements 

En matière de technologie, il sera question de tirer partie des technologies disponibles pour accélérer le développement du Cameroun. Mais pour cela, il faudra seulement orienter la formation de sa jeunesse vers la maîtrise de l’utilisation de ces technologies.

Les infrastructures et équipements considérés désuets, ont besoin d’une véritable politique d’aménagement du territoire à l’échelon national, à entendre par là, une une mise en cohérence de l’action publique avec les données du terrains.

7- Transformation de l’agriculture

La politique agricole du MRC s’articule autour de deux objectifs.

  1. Assurer la sécurité alimentaire du pays tout en procurant des revenues aux producteurs.
  2. Faire du pays un exportateur net des produits agricoles.

Pour se faire, la réalisation du premier objectif passe par une meilleure organisation et l’accroissement de l’efficacité des exploitations familiales qui demeurent les plus nombreuses dans la structure agraire du pays,

La réalisation du second objectif exige le développement d’une agriculture moderne des grandes plantations de production aussi bien des produits traditionnels de rente.

Pour cela, il sera question de:

  • Procéder à la mécanisation des grandes exploitations, mais aussi des petites,
  • Faciliter l’accès aux facteurs de production permettant d’améliorer la productivité,
  • Créer les mécanismes de financement appropriés,
  • Mise en place des agropoles spécialisés suivant les bassins de production,
  • Moderniser l’élevage et réduire la dépendance vis-à-vis des produits halieutiques importés.

8- Industrialisation stratégique

L’ossature de l’industrie nationale est en cours de désintégration, relève le MRC. Cet état est due au manque d’investissement et de politique industrielle ajoute-t-il.

Pour remédier à cela, la politique du MRC reposera sur un choix et une politique des filières stratégiques opérés en fonction des atouts du Cameroun.

Il sera en d’autre terme question de satisfaire la demande intérieure des produits manufacturés et de développer les exportions dans d’autres industries, par exemple, les industries de bois, électroniques et électriques, des hydrocarbures et la pétrochimie, des pharmaceutiques et bien d’autres.

9 – Modernisation de la gouvernance économique

Le MRC entend redéfinir une nouvelle gouvernance économique dont la nécessité est plus que impérieuse. Il est sera question de :

  • Réorganiser la SNI (Société Nationale d’investissement),
  • Repenser le rôle et l’opportunité du maintien des deux structures d’aménagement que sont la MAETUR et le MAGZI,
  • Réviser la politique de participation de l’Etat,
  • Repenser le rôle des agences de régulation telles ART, ARSEL,
  • Réviser la loi sur les établissements publics en reconsidérent notamment le mode de désignation des DG et des PCA des entreprises à capitaux publics,
  • Élaborer une stratégie réaliste pour la « formalisation » progressive du secteur informel.

10- Aménagement du térritoire

L’aménagement du territoire tel que proposé consistera à:

  • Promouvoir le développement durable, l’efficacité économique et l’équité sociale.
  • Valoriser les potentiels locaux, tirer partie des potentialités régionales et mettre un terme à la concurrence néfaste et insensée entre les régions du pays ou entre Yaoundé et Douala, ou Douala, Kribi et Limbe.

11- Réformer la gestion urbaine – Décentralisation effective

La réforme de la gestion urbaine consistera à renforcer les pouvoirs locaux pour revoir les actions de modernisation de la ville. D’après le MRC, les communautés doivent être considéré comme autonome, et compter sur l’appui de l’Etat pour les aider à parachever leur développement.

La modernisation des deux métropoles nationales d’autre part, sera fait en vue de leur positionnement stratégique pourra être mené par directement par l’Etat ou à tout le moins sous son étroite surveillance.

12- Transport

L’importance des transports dans la vie d’un pays n’est plus à démontrer exprimé le MRC. La mobilité étant un des facteurs essentiels de la compétitivité économique, il en ressort du point de vue du parti que la politique d’investissement inadéquate, le sous-investissement relatif, les dépenses publiques, la politique d’entretien routier inefficace, l’absence d’objectif clair, entre autre est la cause de cet état de fait.

La politique nouvelle conçue par le MRC, reposera sur l’idée centrale que les transports ne sont pas un secteur comme les autres, mais un déterminant de la politique économique et sociale de la nation. Dès lors, l’accent sur à mis sur:

  • L’utilité économique ou sociale tirée des activités routiers avec pour objectif de lutter contre la pauvreté,
  • Relier le pays au reste de l’Afrique,
  • Relier les métropoles d’équilibre et les capitales régionales,
  • Porter à 100% la proportion de la population rurale vivant à au plus 2km d’une route praticable en toute saison.

13- Aménagement rural

La politique d’aménagement du MRC est basé sur 3 axes à savoir:

  1. La structuration de l’espace rural avec une politique de domaine concordante avec les réalités locales et une organisation volontaire des zones d’habitation,
  2. L’empowerment des populations rurales, qui consiste à donner de la capacité à ses populations dont la plupart vivent encore en dessous du seuil de pauvreté, qui consistera à transformer et/ou améliorer l’habitat et le cadre de vie en milieu rural,
  3. Inverser la courbe de l’exode rural.

14- Promouvoir l’entreprise

La promotion de l’entreprise et l’entrepreneur de moyenne envergure, est un des objectifs du MRC. Pour cela, les PME/PMI considérées comme principales contributrice sur à la politique de transformation des produits du secteur primaire, et consommatrices des innovations technologiques de base, feront l’objet d’une attention particulière, rassure le parti. Les efforts seront concentrer à la pleine promotion de ces entités dans tous les secteurs d’activité (Agriculture, Industries, Tourisme, Services, Artisanat, Etc…)

15- Réformer le système éducatif

Le MRC préconise la réformation du système éducatif dès le cycle de l’éducation de base pour former une jeunesse éduquée et professionnelle, le MRC entend:

  • Exposer les jeune élèves au raisonnement scientifique assermenté tôt : Au cycle secondaire, les élèves de ce cycle, participeront à un projet technologique de leur niveau.
  • Pour le niveau supérieur, le candidat au siège présidentiel entend : Créer des universités qui répondent à l’impérieux besoin d’élever le niveau d’éducation et de formation dans l’ensemble du pays.

16- Repenser le système de santé

Pour le MRC, repenser le système éducatif se fera au travers de deux objectifs pensés:

  • Rendre les soins de santé de base accessible gratuitement à tous et éradiquer les grandes endémies,
  • Faire du Cameroun un pôle d’excellence en soins de santé au moins dans certaines disciplines.

Les infrastructures sanitaires et leur gestion feront l’effort d’une redéfinition. Douala et Yaoundé seront dotées d’hôpitaux de référence de niveau international en vue d’accomplir ces objectifs la promotion de l’hygiène et de la salubrité sera parmi les premières actions de santé publique, nous fait savoir le MRC.

17- Droits des femmes

Le « women empowerment » sera placé au cœur des activités du MRC pour la promotion des droits des femmes. Elles sont d’ailleurs vues comme des agents précieux de transformation et de la nouvelle gouvernance. Le MRC entend dès lors:

  • Faire des femmes un des principaux levier du changement en les impliquant plus amplement dans la gestion de l’Etat et en confortant le rôle de socle humain de stabilisation de notre société,
  • Mener une politique vigoureuse de scolarisation des jeunes camerounaises de toute les régions du pays,
  • Mettre en place une politique de promotion des activités de la femme,
  • Impulser le développement des micro-projets pour permettre l’accélération d’une répartition plus équitable, spécialement en milieu pauvre.

18 – La Jeunesse et les personne agées

La jeunesse est considérée comme le fer de lance d’une nation. Conscient de ce fait, le MRC mise sur :

  • Une mobilisation des efforts de la nation pour redonner à cette jeunesse camerounaise, l’espoir d’un futur meilleur,
  • Une lutte acharnée et déterminée contre le chômage.

Partant d’un constat malheureux du niveau d’employabilité au Cameroun, le MRC affirme qu’il est possible de :

  • Doubler le nombre d’emplois dans le secteur privé et ceci en 3 ans seulement,
  • D’agir sur les secteurs et les entreprises qui offrent les meilleures potentialités d’emplois, à savoir les TPE, les PE, le tourisme, l’agriculture,
  • Valoriser certaines expériences en cours qui ont montré leur capacité à générer des emplois stables et rémunérateurs,
  • Structurer le secteur informel pour le rendre progressivement formel,
  • Politique fiscale adaptée,
  • Légiférer pour une meilleure protection de la propriété privée.

Pour les personnes âgées, le MRC entend œuvrer à la recherche des solutions favorisant le maintien des personnes âgées dans leur milieu de vie, au sein de leur famille, sauf si elles n’en ont plus.

19- Culture, tourisme et développement  sportif

La politique culturelle du MRC reposera sur trois piliers :

  1. La connaissance du patrimoine culturel matériel et immatériel du pays à la faveur d’un inventaire exhaustif,
  2. Un pilier de la formation aux arts et techniques culturels traditionnels et modernes ou contemporains,
  3. Un pilier de la formation par l’exposition et/ou l’exportation des produits culturels réalisés aux standards internationaux.

Pour cela, il est question pour ce parti de:

  • Créer une Académie ou École Nationale de Music (ANM) au niveau national, une Académie Nationale Camerounaise des Sciences, des Arts et de la Culture (ANCSAC), une Bibliothèque des mondes noirs (BMN), et un musée national de niveau international,
  • Au niveau régional, créer des maisons régionales de la culture et d’un musée régional,
  • La mise sur pieds d’une véritable politique de développement des industries de la culture, du cinéma de niveau international, ainsi que la création des prix littéraires et artistiques de haut niveau.

Tout ceci ayant pour objectif de stimuler le tourisme et faire du Cameroun un pôle touristique unique en Afrique.

Le sport est un facteur de bonne santé, dit le MRC. Mais un déficit infrastructurel est humiliant et alarmant. Pour remédure à cela, le programme politique du MRC entend:

  • Promouvoir le sport comme un facteur important pour la formation de la jeunesse,
  • Promouvoir la construction des infrastructures sportives au niveau national, régional et communal,
  • Pour le niveau national, il sera question de construire des infrastructures de niveau mondial, en nombre limité mais couvrant les principaux domaines sportifs dans lesquels le Cameroun affiche des performances de niveau mondial,
  • Doter chaque chef-lieu de région d’un complexe sportif multidisciplinaire de haut niveau,
  • Dôter progressivement chaque commune du Cameroun d’une plateforme sportive minimale comprenant un gymnase couvert et un terrain aménagé pour les sports en plein air.

20- Politique étrangère et place de la diaspora

En matière de politique étrangère, le candidat du MRC entend:

  • Positionner stratégiquement le Cameroun sur les grands dossiers internationaux et établir des alliances,
  • Pratiquer la solidarité régionale et continentale, ainsi que le pragmatisme.

Le MRC reconnaît la diversité intellectuelle composant l’ensemble de la diaspora du Cameroun. Il dit « le haut niveau d’instruction et de dormation des camerounais de la diaspora est un atout pour le développement accéléré du Cameroun ». Et dans ce sens, il entend:

  • Faire de la diaspora camerounaise un levier de développement national,
  • Créer des conditions idoines au retour des « cerveaux ».

Le travail du MRC pour le Cameroun, est articulé autour d’un mot, « Modernisation ». Ce parti entend apporter le souffle nouveau dont le Cameroun a besoin pour que ses populations vivent dans une république nouvelle en laquelle ils peuvent avoir confiance et soutenir les actions.

Lire aussi:

Cameroun : Les annonces de Cabral Libii lors de son meeting à Paris