Afrique du Sud : Fin du mobile money MTN ?

L'opérateur télécoms a suspendu les nouvelles souscriptions à son service de paiement mobile, en Afrique du Sud. Si la plateforme reste opérationnelle pour les quelques 140 000 clients sud-africains déjà inscrits, MTN évalue l'opportunité de poursuivre sa commercialisation. Les souscriptions à MTN Mobile Money restent toutefois ouvertes dans les autres filiales africaines du groupe, où elles rencontrent un net succès.

0
696

Il n’est désormais plus possible de souscrire, en Afrique du Sud, à l’offre de paiement mobile de l’opérateur télécoms MTN. Le groupe télécoms a suspendu les nouvelles souscriptions à ce service sur son marché historique, selon les informations rapportées par le site spécialisé Fin24 et confirmées àJeune Afrique ce lundi 05 septembre par MTN South Africa.

« MTN est actuellement en discussion avec toutes les parties prenantes pour étudier la possibilité de continuer le service Mobile Money. MTN souhaite confirmer que la plateforme Mobile Money n’a pas été arrêtée », annonce un message de Larry Annetts, responsable de l’expérience client (Chief Consumer Officer) de MTN South Africa, qui ajoute que l’opérateur « fera une annonce concernant les développements à cet égard ».

Succès mitigé en Afrique du Sud

L’offre de paiement mobile de MTN a rencontré un accueil mitigé en Afrique du Sud, marché financier plutôt développé, contrairement au succès rencontré dans les autres filiales du groupe panafricain.

Selon les données communiquées par Larry Annetts, MTN South Africa compte environ 140 000 clients inscrits à son offre de mobile money, soit une part marginale de sa clientèle sur ce segment d’activité.

Au premier semestre 2016, MTN Mobile Money comptait 36,5 millions d’abonnés inscrits à travers 15 pays (+5 % par rapport à juin 2015), pour un 1,29 milliard de rands de revenus, en progression de +40,8 % sur un an, selon les chiffres du groupes panafricain.

À titre de comparaison, les revenus des services de mobile money étaient à 9 millions de rands en Afrique du Sud et 5 millions de rands au Nigeria, au premier semestre 2014. L’année suivante, ils représentaient 12 millions de rands dans la nation arc-en-ciel et 16 millions de rands au Nigeria.